mardi 2 septembre 2008

Oh les filles, oh les filles


Tout d’abord, je tenais à dédier ce billet à tous ceux qui rentrent de vacances, et pour qui c’est dur de se lever, prendre le métro / vélib’ / voiture pour aller travailler … C’EST BIEN FAIT !!

… Voilà, c’est dit …

Trèves de plaisanteries … mon sujet du jour est de la plus haute importance puisque je m’apprête à lever le voile sur un des plus grand mystères de l’histoire, voire de l’humanité … la Femme !

Et oui, accrochez-vous à vos écrans, vous n’allez pas en revenir.

Idée reçue n°1 : « Les femmes sont compliquées »

FAUX !

Non, on n’est pas compliquées, c’est juste que vous ne vous simplifiez pas la vie à essayer de lire entre les lignes et à chercher des sous-entendus là où il n’y en a pas.
Sachez donc que pour la plus grand majorité d’entre nous (selon une étude très sérieuse menée par moi-même sur 6 de mes collègues …), quand on dit oui, c’est oui et quand on dit non, c’est a priori non.

Bon, là j’en entend protester. Il est vrai qu’il serait bon de nuancer ces propos, à savoir quand on dit « je sais pas, c’est comme tu veux », entendez « fait le bon choix, c’est à dire ce que j’ai dit ! »


Idée reçue n°2 : Les femmes supportent mal la vérité

FAUX … mais parfois VRAI …

Je m’explique …
Quand on vous demande quelque chose, par exemple « t’étais où hier soir ? », on aime autant qu’on nous réponde franchement, histoire qu’on en finisse.
En revanche, dès que ça concerne notre anatomie, autant vous être honnête, on préfère se voiler la face !

Un petit conseil donc … à la question « est-ce que tu me trouves grosse ? » répondez un NON franc et direct. Si on essaye de vous piéger avec un « mais quand on s’est rencontré, je faisais 3 kilos de moins », campez fermement sur vos positions …

Attention, ceci n’est valable que si vous ne réfléchissez pas avant de répondre … pas même un quart de seconde (auquel cas vous avez droit au fameux « t’as besoin de réfléchir ?! T’as qu’à dire que tu me trouves énorme pendant que tu y es … »)

Attention bis : tous les petits malins qui ont déjà répondu « mais ma chérie, je t’aime comme tu es » savent déjà que c’est une erreur fatale (parce que nous on entend « oui tu es énorme ma chérie mais c’est pas grave, je préfère les grosses ») et qu’il vaut mieux ne pas s’y risquer.

Aller, je vous laisse digérer le morceau, avant d’en remettre une couche dans mon prochain billet …
La Duchesse

3 commentaires:

laura a dit…

Très bonne analyse, j'espère que ces messieurs ont pris note

Six and the city a dit…

Merci Laura :)
Ces messieurs, s'ils n'ont pas pris note, finiront par comprendre après quelques décénnies de boudin !

La duchesse

Anonyme a dit…

finement analysé !!! mais il est des contrées où le mensonge fait partie intégrante de la société et où il vaut mieux pas se frotter à la vérité nue .... à montpellier par exemple