mardi 24 juin 2008

DWW alias Jeannie Longo


Et bien voilà, je vais vous faire une confession, quitte à me faire taxer de Parigotte-bobo-qui-s’prend-pour-une-provinciale …. Je suis une accro du velib’. Une vraie accro même, avec tous les symptômes qui vont avec : syndrome de manque si je passe 24 heures sans avoir entendu le « bipbiip » de la borne et le voyant vert qui clignote, agressivité envers quiconque m’empêcherait d’accéder à mon vélo, capacité à pratiquer mon addiction sous toutes les intempéries … bref, une vraie toxico du vélo.

Bon, j’entends d’ici les protestations et les critiques : « vélib’ c’est naze », « quand on en veut un, on n’en trouve pas, quand on veut le rendre, y’a plus de place … » « ils sont lourds, y’a que 3 vitesses, ils sont tous pêtés … » … halte-là ! J’aime pas trop qu’on parle mal de ma came !
… alors oui, c’est vrai, ce ne sont pas des « super-VTT-profilés-avec-15-vitesses ». Et certes, c’est parfois difficile d’attraper la perle qui n’est ni déraillée, ni crevée, ni vandalisée par une poignée d’hurluberlu … mais bon sang, une fois qu’on l’a entre les mains, qu’est ce que c’est BON !! A moi Paris, et adieu le métro !!

Et puis faut dire aussi que depuis que je pratique, j’ai toujours des choses à raconter aux copines en arrivant au boulot. « L’ anecdote velib’ du jour », et depuis bientôt un an, je pourrais écrire un vrai recueil.
Entre les dragueurs du dimanche « bonjour mademoiselle, j’aime bien votre esprit écolo … et sinon, ça vous dit un café ? » (auquel j’aurais bien volontiers répondu que ce n’est pas mon côté écolo qui me pousse à faire du vélib’, et que si mes petits moyens me le permettaient, je circulerais bien en gros 4x4) , et les excité(e)s du lundi matin (qui roulent à vélo et méprisent les vélib’) qui m’insultent sans vergogne parce que je n’ai pas mis mon « clignotant » (traduire : tendu mon bras pour prévenir que je vais tourner) … bref, je ne m’ennuie jamais.

Voilà, je vais finir ce billet sur ma grande passion, par un petit clin d’œil pour Truikipu (également adepte du vélib’ depuis peu) : « non ma douce, on n’a pas besoin d’un mini tournevis pour changer les vitesses du vélib’ : il suffit de tourner le poignet, comme sur n’importe quel vélo depuis une bonne dizaine d’années » … (NB : discussion tirée d’un fait réel et qui n’a rien de fictif).

DWW

1 commentaire:

philippe a dit…

Je t'aiime DWW, tu dois être impressionnante sur ton vélib.
Mais ta copine qui ne sait pas changer les vitesses... c'est pas trufkipue ??